la vie change... chaîne youtube... La mort n'est pas ce que l'on nous fait croire

Chansons et livres... et la vie... comprendre la vie, donc la mort... écouter des chansons indépendantes, acheter des livres... L'édition libérée de l'exploitation par les éditeurs... La vie libérée des préjugés et dogmes...
Abonnement GRATUIT à la chaîne YOUTUBE (en 2 clics)
Ternoise, l'indépendance forever
Avec un zest d'influence... de Sénèque

1) La vie change... chaîne youtube de la révolution numérique...
la révolution dans le monde de la chanson est-elle encore possible ?
Les indépendants peuvent-ils "exister" ?
Ou ont-ils déjà tout perdu ?

Un texte : deux chansons.
Encore une nuit sans toi : par Dragan Kraljevic et Pierre Cudny
Ecoutez et votez pour votre version préférée... Ci-dessous...



2) La mort n'est pas ce que l'on nous fait croire


La mort n'est pas ce que l'on nous fait croire

La mort n'est pas ce que l'on nous fait croire
Même les je-sais-tout croyants ou athées
Ne sont jamais passés de l'autre côté du miroir
On peut au mieux recevoir des miettes de vérité

On n'peut valider que ce que l'on vit
Ne croit pas forcément parce que l'on t'a dit
Sûrement seules de viscérales connexions des vivants
Peuvent perdurer quand l'autre s'éteint sereinement

Si la femme et l'homme unis ne font qu'un
Si l'arrêt du coeur n'est pas l'arrêt du tout
Alors les ressentis du dévasté encore humain
Ne peuvent être rangés au rayon "illusions d'un fou"

La mort n'est pas ce que l'on nous fait croire
Je vous invite à rester attentifs
Même si l'éveil n'évite pas des vagues de désespoir
Et bien des soirs mon regard se voit dubitatif

Auteur : Stéphane Ternoise - oeuvre sacem 3437789311


Votez pour votre version préférée
Dragan
Pierre Cudny

Votre nom :
Votre adresse e-mail

Version Dragan Kraljevic

version Pierre Cudny


Texte : Stéphane Ternoise

Le monopole de fait d'une oligarchie sur 25 000 points de vente du livre en papier va-t-il voler en éclat ?



Acheter les livres : www.autodiffusion.fr le portail indépendant.

Extrait :
Le roman de la révolution numérique, de Stéphane Ternoise


XXXII Mercredi 28

Envie de rapidement raconter à Nadège. Dès mon arrivée, j’essayais de lui faire comprendre l’essentiel :
- Vous ne devinerez jamais ?
- Tu as vendu un livre ?
- Si j’écris une pièce de théâtre sur toi, je te promets de la replacer celle-là ! Hier après-midi, Amina est revenue ! Officiellement pour me faire plaisir. Mais il a suffi de trois minutes pour retomber dans les disputes ! Et ce matin, elle est repartie sans que l’on se soit reparlé.
- Tu ne sais pas t’y prendre avec les femmes ! Tu aurais dû la baiser à peine arrivée, et tu aurais vu, vous auriez pris votre pied !

Aucune note. Je me sentais terriblement irritable. Et il ne se décidait pas à partir bétonner. Il me fallut rentrer sans une minute d’intimité…

Comme souvent, dans la forêt, m’est passée une idée sur le moment considérée fabuleuse : on ne peut pas balancer la vérité en face à ce monde. Le système est trop bien huilé pour permettre à un révolutionnaire pacifique de mon genre de pouvoir exposer ses analyses au plus grand nombre. J’ai fait l’erreur d’avancer non masqué ! Seul un pseudo peut me permettre d’exister dans la littérature. Confucius remarquait déjà « Si l’honnêteté règne dans le pays, un homme peut être audacieux dans ses actes et dans ses paroles mais si l’honnêteté n’existe plus, on sera audacieux dans les actes mais prudent dans les paroles » La publication de livres, de chroniques doit être assimilée à la parole de son époque. De mon cher Sénèque tellement négligé durant ces deux dernières années, je me souvenais de propos concordants et dans sa quatorzième lettre à Lucilius j’ai depuis relu « le sage ne provoquera jamais la colère des puissants. Il rusera avec elle, comme le marin avec l’ouragan. » Je dois prendre un nouveau pseudo !




Commentaires corrects acceptés



-- du 15 novembre 2014 à 12 : 33
par Pascal : Oui, comme vous le remarquez judicieusement, il suffit de contrôler le réseau de distribution pour contrôler ce que lisent les gens... En cela Internet n'a pas été la révolution espérée...

-- du 14 septembre 2014 à 16 : 53
par agnès : Oui la vie change mais qui achete encore des livres ?...

-- du 10 septembre 2013 à 13 : 41
par Aurélie : pouvez-vous m'expliquez ce que vous entendez par le monopole d'une oligarchie sur 25 000 points de vente du livre ?

Le contact - Des informations lotoises.

Mentions légales :


Propriétaire : Jean-Luc PETIT - BP 17 - 46 800 MONTCUQ - FRANCE
Siret : 423 344 191 00014
Profession libérale auteur-éditeur
Hébergement OVH, 2 rue Kellermann - BP 80157 - 59100 Roubaix - FRANCE


- Puis-je enfin me consacrer à la Révolution numérique ?


- édition traditionnelle ou auto-édition ?